Réseau Fibre Free

Qu’est-ce que le réseau fibre free ?

La fibre optique est un fil de verre qui achemine la lumière pour transmettre les données à très haut débit, pouvant aller jusqu’à 30 fois plus vite que l’ADSL.

Le réseau FTTH (Fiber To The Home), ou « fibre à l’abonné », est un réseau qui assure un lien en fibre optique allant de l’opérateur, ou du fournisseur d’accès à internet, jusqu’au logement de l’abonné. Elle permet notamment à l’opérateur (Free, par exemple) le déploiement d’un réseau fibre optique et l’amélioration du débit internet chez l’abonné.

Les avantages du réseau fibre

Les avantages de la fibre optique comme média de transport des signaux électroniques ne sont plus à démontrer : 

  • Capacité quasi illimitée en bande passante ;
  • Pérennité (la longévité des réseaux de fibres optiques est estimée à plus de 20 ans) ;
  • Fiabilité. 

Aujourd’hui, les réseaux fibre optique arrivent en périphérie du réseau et jusqu’à l’abonné.

L’intérêt du développement de ce réseau

Les services innovants des FAI (fournisseur d’accès à internet) et les besoins grandissant en bande passante des usagers privés (jeu en ligne, téléchargement, partage de fichiers, internet…) et professionnels (visioconférence, etc…) en font un élément déterminant de l’architecture des réseaux d’accès à Internet. 

Le déploiement de ces réseaux de desserte optique, désignés par le terme générique FTTx (Fiber To The…), constitue des enjeux d’aménagement, d’attractivité et de compétitivité des territoires. 

Ils représentent des investissements très importants (notamment sur la partie terminale du réseau) dépendant des architectures qui seront mises en œuvre. 

Aussi, il est fondamental que ces architectures respectent une neutralité technologique favorisant une concurrence saine entre les fournisseurs de services et les opérateurs, permettant d’offrir le meilleur service aux usagers et aux abonnés. Cela s’appuie sur des principes de mutualisation des infrastructures afin d’optimiser les investissements consentis par les différents acteurs (opérateurs, collectivités territoriales, abonnés, etc.).

Les différents réseaux FTTx (Fiber To The …)

Les réseaux de desserte optique jusqu’à un point de distribution

La fibre optique est déployée jusqu’au point de distribution (entrée d’une Zone d’Activité, quartier résidentiel), puis la distribution terminale des usagers est réalisée par une autre technologique (câble, ADSL, réseaux hertziens, etc.).

Le point de distribution peut être situé au niveau :

  • D’un NRA (nœud de raccordement d’abonnés) ou d’une station de base (Wi-Fi, Wi-Max). On parle alors de FTTN (Fiber To The Node) ;
  • D’un sous-répartiteur ou d’une armoire de rue. C’est un FTTC « Fiber To The Cabinet » ou « Fiber To The Curb ») ;
  • Du dernier amplificateur dans le cas des réseaux des câblo-opérateurs (FTTLA, pour « Fiber To The Last Amplifier »). On parle alors de réseaux HFC (Hybrid Fiber Coaxial), la fibre optique étant déployée en remplacement du câble jusqu’au dernier amplificateur (situé à quelques centaines de mètres des logements), puis prolongée sur la partie terminale par le câble coaxial.

Les réseaux de desserte optique jusqu’à l’usager, l’abonné

On en distingue deux : 

  • Les réseaux de desserte optique déployés jusqu’au bâtiment d’une entreprise, ou au pied d’un immeuble (FTTO / FTTB, pour Fiber To The Office / Building). La desserte optique interne de l’entreprise ou des foyers au sein de l’immeuble est ensuite réalisée généralement via un réseau « cuivre » ;
  • Les réseaux de desserte optique jusqu’au foyer de l’abonné (FTTU / FTTH, pour Fiber To The User / Home).

Focus sur le réseau FFTH en France

Le déploiement du réseau fibre FFTH

 

Le marché du FTTH (fibre à l’abonné) dans les villes de France peut être structuré en trois zones :

  • Les zones très denses, où la concurrence se fera par l’intermédiaire des infrastructures, et pour laquelle l’ARCEP vient de définir les modalités de déploiement et d’accès au réseau fibre optique (FTTH) ;
  • Les zones intermédiaires (zones pavillonnaires) pour lesquelles un investissement privé sera nécessaire, impliquant une étroite collaboration entre les opérateurs ;
  • Les zones rurales, non rentables, sur lesquelles un investissement public sera indispensable pour éviter une nouvelle fracture numérique.

L’architecture du réseau FTTH

Il y en a deux types principaux d’architecture : 

  • L’architecture Ethernet point-à-point (P2P), pour laquelle une fibre optique par abonné est déployée du nœud de raccordement optique (NRO) jusqu’au foyer de l’usager.
  • L’architecture point-multipoint, P2M ou PON (Passive Optical Network), basée sur différents standards (GPON, EPON) et pour laquelle une fibre optique peut desservir plusieurs abonnés.

Dans ces deux types d’architecture, les équipements actifs du réseau FTTH se retrouvent uniquement au niveau du NRO (typiquement un commutateur Ethernet) et du logement de l’abonné (CPE, dont l’appellation commerciale est souvent désignée « Box THD »). 

Free utilise la topologie P2P.

Les modes de pose pour la réalisation du réseau de distribution et de l’adduction

    • La pose souterraine, en profitant notamment des réseaux d’assainissement en milieu urbain disposant généralement de galeries visitables, comme les égouts, ou des réseaux télécoms existants (fourreaux destinés aux réseaux téléphoniques ou aux réseaux câblés) ;
    • La pose aérienne, en profitant des installations (poteaux) et de la bonne capillarité des réseaux de distribution électrique ou téléphonique ;
    • La pose en façade des habitations.

    Ce principe permet de mettre à disposition de l’ensemble des opérateurs desservant un immeuble ou un ensemble d’habitations, une infrastructure terminale unique allant d’un local technique défini (point de mutualisation), jusqu’à l’usager, l’abonné.

    En amont du point de mutualisation, chaque opérateur dispose de son réseau de desserte en fibre optique, soit via une infrastructure en propre, soit en achetant du service (fibre noire ou bande passante) à un opérateur d’opérateurs. 

    En aval du point de mutualisation, un seul réseau de fibre optique est déployé (celui du premier opérateur desservant un usager, un abonné) et mutualisé à l’ensemble des opérateurs souhaitant offrir des services aux usagers. Le point de mutualisation marque ainsi la frontière entre le réseau de l’opérateur d’immeuble et les réseaux des autres opérateurs. Sauf exceptions définies par l’ARCEP, il est situé sur le domaine public, en un lieu situé entre le nœud de raccordement optique et la limite du domaine privé.

Les composants de la fibre optique

La fibre optique, qui permet le transport de l’information à l’aide de la lumière, est composée de trois éléments : 

  • Le cœur qui est composé de silice pure et dont le diamètre est compris entre 10 à 85µm. C’est dans cette partie que la lumière va se propager ;
  • La gaine optique, constituée de silice également, a un indice de réfraction inférieur à celui du cœur. Généralement, la gaine optique mesure 125µm.

La gaine plastique assure la protection de la fibre optique, permet de manipuler le câble et joue un rôle de protection contre le milieu extérieur (humidité…).

Nos solutions

  • Retrouver son réseau ;
  • Géoréférencer puis modéliser son réseau sur plan, après avoir retrouvé et localisé les réseaux ;
  • Récoler le réseau en tranchée ouverte.

ERP-SERVICES met à votre disposition l’expertise de ses équipes et son matériel de haute qualité pour réaliser l’étude de votre fibre optique.

Ces études vous apportent un accès complet aux informations relatives à votre réseau de fibre optique. Elles permettent un relevé de l’existant que ce soit après vos travaux ou bien dans le cadre d’une étude de pose :

  • une connaissance du tracé de votre réseau de fibre optique ;
  • un descriptif des chambres enterrées avec les fourreaux occupés ou libres ;
  • un descriptif du passage de la fibre optique sur les poteaux télécoms.

Elles vous permettent ainsi de construire vos projets sur des bases solides.

fibre optique - ERP-SERVICES - études techniques

Fibre optique FTTH (fiber to the home)