Réseau FTTH

Qu’est-ce que le réseau FTTH ?

Le réseau FTTH (Fiber To The Home), ou « fibre à l’abonné », assure un lien en fibre optique de l’opérateur ou du fournisseur d’accès à internet jusqu’à l’intérieur même des logements éligibles. Les avantages de la fibre optique comme média de transport des signaux électroniques ne sont plus à démontrer : capacité quasi illimitée en bande passante, pérennité (la longévité des réseaux de fibres optiques est estimée à plus de 20 ans), fiabilité. 

Le déploiement territorial du réseau FTTH

Ces réseaux sont déployés,  depuis de nombreuses années , par les opérateurs, au niveau de leurs boucles de collecte régionales, de leur cœur de réseau ou encore des liaisons internationales (réseaux optiques DWDM).

Aujourd’hui, les réseaux optiques arrivent en périphérie du réseau et jusqu’à l’abonné. Les besoins des utilisateurs privés (jeu en ligne, téléchargement…), ceux des entreprises (visioconférence…) ainsi que les services toujours plus innovants des Fournisseurs d’Accès à Internet en font un élément déterminant de l’architecture des réseaux d’accès à Internet. 

Le déploiement de ces réseaux de desserte optique, désignés par le terme générique FTTx, constitue aujourd’hui un enjeu d’aménagement, d’attractivité et de compétitivité des territoires. Ils représentent des investissements très importants (notamment sur la partie terminale du réseau) dépendant des architectures qui seront mises en œuvre.

Un déploiement égal pour tous

Ces architectures doivent alors respecter une neutralité technologique favorisant une concurrence saine entre les fournisseurs de services et permettre d’offrir le meilleur service aux usagers. Le principe de mutualisation des infrastructures permet d’optimiser les investissements consentis par les différents acteurs (opérateurs, collectivités territoriales, etc.). 

Les principaux acteurs participant au déploiement de la fibre sont les collectivités locales (ou leurs délégataires) via les Réseaux d’Initiatives Publique, et les opérateurs nationaux (Orange…) via des programmes de pré-déploiement ou d’expérimentations dans les principales agglomérations. 

Les catégories de réseaux de desserte optique

Les réseaux de desserte optique jusqu’à un point de distribution

La fibre optique est déployée jusqu’au point de distribution (à l’entrée d’une Zone d’Activité , ou dans un quartier résidentiel), puis la distribution terminale des usagers est réalisée par une autre technologique (câble, ADSL, réseaux hertzien, etc.).
Le point de distribution peut être situé au niveau :

  • D’un Nœud de Raccordement d’Abonnés ou d’une station de base (Wi-Fi, Wi-Max). On parle alors de FTTN (Fiber To The Node) ;
  • D’un sous-répartiteur ou d’une armoire de rue (FTTC pour « Fiber To The Cabinet » ou « Fiber To The Curb ») ;
  • Du dernier amplificateur dans le cas des réseaux des câblo-opérateurs (FTTLA, pour « Fiber To The Last Amplifier »). On parle alors de réseaux HFC (Hybrid Fiber Coaxial), la fibre optique étant déployée en remplacement du câble jusqu’au dernier amplificateur (situé à quelques centaines de mètres des logements), puis prolongée sur la partie terminale par le câble coaxial.

Les réseaux de desserte optique jusqu’à l’usager

  • Les réseaux de desserte optique déployés jusqu’à une entreprise, ou au pied d’un immeuble (FTTO / FTTB, pour Fiber To The Office / Building). La desserte interne de l’entreprise ou des foyers au sein de l’immeuble est ensuite réalisée généralement via un réseau “cuivre” ;
  • Les réseaux de desserte optique jusqu’au foyer de l’abonné (FTTU / FTTH, pour Fiber To The User / Home). 

Les principales caractéristiques du réseau FTTH

La structuration du marché du FTTH

Il y a trois zones différentes en fonction de la densité qui structurent le réseau :

  • Les zones très denses, où la concurrence se fera par les infrastructures, et pour laquelle l’ARCEP vient de définir les modalités de déploiement et d’accès à la fibre ;
  • Les zones intermédiaires pour lesquelles un investissement privé sera nécessaire, impliquant une étroite collaboration entre les opérateurs ;
  • Les zones rurales, non rentables, sur lesquelles un investissement public sera indispensable pour éviter une nouvelle fracture numérique.

Les principaux types d’architecture FTTH

Il y a deux principaux types d’architecture FTTH

  • L’architecture Ethernet point-à-point (P2P), pour laquelle une fibre optique par abonné est déployée du NRO jusqu’au foyer de l’usager ;
  • L’architecture point-multipoint (P2M) ou PON (Passive Optical Network), basée sur différents standards (GPON, EPON) et pour laquelle une fibre optique peut desservir plusieurs abonnés.

Dans ces deux types d’architecture, les équipements actifs du réseau FTTH se retrouvent uniquement au niveau du Nœud de Raccordement Optique (commutateur Ethernet) et du logement de l’abonné (CPE, dont l’appellation commerciale est souvent désignée « Box THD »). 

À titre informatif, les choix retenus par les opérateurs pour leur déploiement FTTH sont : GPON pour Orange, La topologie P2P pour Free alors que SFR utilise les deux selon les cas.

Les différents modes de pose

Il existe différents modes de pose pour la réalisation du réseau de distribution et de l’adduction tels que :

  • La pose souterraine, en profitant notamment des réseaux d’assainissement, notamment en milieu urbain disposant généralement de galeries visitables (typiquement les égouts) ou des réseaux télécoms existants (fourreaux destinés aux réseaux téléphoniques ou aux réseaux câblés) ;
  • La pose  aérienne, en profitant des installations (poteaux) et de la bonne capillarité des réseaux de distribution électrique ou téléphonique ;
  • La pose en façade des habitations.

Quels sont les matériaux et les diamètres qu’on retrouve dans les réseaux FTTH ?

Les fibres à saut d’indice les plus courantes sont des fibres optiques en plastique qui ont généralement un diamètre de 1 mm. En silice gaine de matière plastique ou en silice dur revêtu possèdent une gaine en plastique sur un cœur en verre et ont habituellement un diamètre de 250 microns avec un cœur de 200 microns.

La mise en place des réseaux d’initiatives publiques

La mise en place de ces réseaux nécessite préalablement la réalisation d’études en amont qui permettent de valider la viabilité technico-économique du projet et de définir de manière plus adéquate les stratégies d’actions envisageables par la Collectivité.

L’étude technico-économique du déploiement d’un réseau FTTH

L’étude technico-économique du déploiement d’un réseau FTTH sur un territoire comprend 3 étapes principales :

  • L’étude de piquetage : réalisation des relevés sur le terrain sur la structure de l’habitat, la densité de logement, les infrastructures existantes, etc. qui serviront à définir des poches d’habitat cohérentes et caractériser les plaques FTTH.
    Pour un projet à long terme, une analyse macroscopique s’appuyant sur la connaissance du territoire, complétée de données administratives (découpe du territoire,  habitat urbain ou rural, densité) et techniques (mode de pose envisagée) peut se substituer à la véritable étude terrain.
  • L’étude de l’architecture des plaques FTTH : pour chaque plaque FTTH, sont décrits la localisation du NRO et des points de mutualisation, le mode de pose retenue, l’architecture du réseau de desserte (point-à-point, PON), le dimensionnement des câbles optiques, etc. 
  • L’évaluation du coût de déploiement :  à partir des données précédentes et d’hypothèses sur le coût de réalisation et d’exploitation du réseau, il est possible de dégager le profil de rentabilité de chaque plaque FTTH. On détermine pour chacune d’elle, le coût moyen de raccordement à la prise. On peut ainsi définir différentes stratégies d’action prenant en considération le périmètre des plaques à desservir et le phasage du déploiement.

Le point de mutualisation

Ce principe permet de mettre à disposition de l’ensemble des opérateurs desservant un ensemble d’habitations, une infrastructure terminale unique allant d’un local technique défini comme le point de mutualisation, jusqu’à l’usager.

En amont du point de mutualisation, chaque opérateur dispose de son réseau de desserte en fibre optique, soit via une infrastructure en propre, soit en achetant du service (fibre noire ou bande passante) à un opérateur d’opérateurs. 
En aval du point de mutualisation, un seul réseau de fibre optique est déployé (typiquement celui du premier opérateur desservant un usager) et mutualisé à l’ensemble des opérateurs souhaitant offrir des services aux usagers. 
Le point de mutualisation marque ainsi la frontière entre le réseau de l’opérateur d’immeuble et les réseaux des autres opérateurs. Sauf exceptions définies par l’ARCEP, il est situé sur le domaine public, en un lieu situé entre le NRO et la limite du domaine privé.

Pourquoi solliciter nos services ?

Quels problèmes peuvent être rencontrés ?

  • Géoréférencement des réseaux, après les avoir retrouvés et localisés ;
  • Modélisation des réseaux sur un plan ;
  • Récolement en tranchée ouverte ;
  • Blocage lors du raccordement à la fibre.

Quelles sont les solutions proposées par ERP-SERVICES ?

ERP-SERVICES propose son savoir-faire pour réaliser une étude de fibre optique.
Cette étude apporte un accès complet aux informations relatives au réseau de fibre optique. Elle  permet un relevé de l’existant que ce soit après les travaux ou bien dans le cadre d’une étude de pose. Elle permet ainsi de construire des projets sur des bases solides.

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>