Réseau HTA

Les domaines de tension correspondent à la classification des installations électriques. Afin de définir les domaines de tension, il faut prendre en considération le type de courant (s’il est alternatif ou continu) mais aussi le type de tension (si elle est haute ou basse). 

Qu’est-ce que le réseau HTA ?

Ne pas confondre réseau HTA et réseau HTB

En France, nous pouvons distinguer deux types de domaines haute tension, le réseau HTA (haute tension A) ou moyenne tension (MT) et le réseau HTB (haute tension B).

Les caractéristiques du réseau HTA

Le réseau HTA, ou réseau Haute Tension, caractérise, selon des normes européennes, les valeurs de la tension électrique comprise entre 1 000 et 50 000 volts en courant alternatif et entre 1 500 et 75 000 volts en courant continu. Cet acheminement est loin d’être simple et entraîne une gestion complexe des flux d’électricité. 

Les caractéristiques du réseau HTB

Le réseau HTB, quant à lui, caractérise, selon des normes européennes, les valeurs de tensions supérieurs à 50 000 volts en courant alternatif et supérieurs à 75 000 volts en courant continu. 

Quelle est la différence entre courant alternatif et courant continu ?

Le courant alternatif

Le courant alternatif ou sinusoïdal transporte des charges électriques à valeurs égales et aux intervalles de circulation réguliers.  Ce type de courant se caractérise comme circulant de manière alternative dans un sens du circuit puis de l’autre et il fonctionne grâce à un alternateur et au énergie naturelle tel que le vent ou l’eau. Sa fréquence se mesure quant à elle en Hertz (Hz) et correspond au fréquence de changements de sens effectués par le courant alternatif en l’espace d’une seconde (la fréquence utilisée en France est de 50 Hz). 

Le courant continu

Le courant continu se veut beaucoup moins dangereux que le courant alternatif à tension égale. En effet, à l’inverse du courant alternatif, celui-ci circule seulement dans un seul sens, il va d’une borne positive vers une borne négative ou inversement. Il est produit quant à lui grâce à la réaction chimique produite par une pile ou une batterie par exemple mais encore par effet photoélectrique provenant de panneaux photovoltaïques (panneaux solaires). 

A l’heure actuelle, le courant alternatif est privilégié et beaucoup plus utilisé que le courant continu. Cependant à l’avenir il serait plus intéressant de privilégier le courant continu. Il est d’ailleurs de plus en plus utilisé notamment au sein de centrales photovoltaïque qui génère de l’électricité grâce à l’énergie solaire. Ces deux types de courant ont tous deux un rôle très important dans le système de production de l’électricité. Le fait qu’il soit complètement différent est une richesse qui nous pousse à penser que dans le futur ils se complèteront dans le but de nous de nouvelles énergies plus performantes et écologiques.

Le réseau de transport de l’électricité

Le réseau de transport rassemble les lignes à haute tension (63 000 et 90 000 volts) et à très haute tension (225 000 volts et 400 000 volts). On privilégie les lignes à Haute Tension pour transporter de l’électricité car, l’augmentation de la tension permettent la limitation des pertes d’énergie (« effet Joule »). Les lignes haute tension forment un réseau qui permet le transport et l’alimentation en électricité à une échelle régionale ou locale. Leur tension est de 63 000 ou 90 000 volts. En France, le réseau haute et très haute tension est considérable, en effet, il représente quelques 105 000 kilomètres de lignes. Il est constitué par l’ensemble des départs issus des postes-sources.

Mais qu’est-ce qu’un poste-source ?

Le poste-source se définit comme étant un poste électrique faisant le lien entre le réseau public de transport d’électricité et le réseau public de distribution d’électricité. 

Quelle est l’utilité du poste-source ?

Le poste-source permet de réguler la tension en transformant une très haute tension en haute tension, et de diriger l’énergie électrique vers les “départs” (canalisation haute tension).

Les départs par poste-source

Le nombre de départs par poste-source peut varier d’une dizaine à une cinquantaine. 

Les départs HTA alimentant les postes des clients raccordés en HTA et les postes de transformation HTA/BT dits “de distribution publique” servant à alimenter les clients basse tension. Dans la mesure du possible, les départs HTA issus d’un poste-source HTB/HTA aboutissent à un autre poste-source afin d’assurer par à l’aide d’une deuxième alimentation : 

  • le secours des clients raccordés sur ce départ ;
  • le secours du poste-source lui-même.

Les deux types de zones desservies par les réseaux de transports d’électricités

On distingue :

  • Les zones urbaines desservies en souterrain ;
  • Les zones rurales alimentées par une ossature souterraine et des dérivations aériennes. Les dérivations, par définition non bouclables, sont parfois réalisées en souterrain, à condition de disposer d’un moyen sûr de réalimentation de la clientèle en cas de panne, une réparation sur un câble durant environ 12 heures. 

Les groupes électrogènes, moyens de réalimentation rapides, sont pris en compte lors des études de structure des réseaux HTA. Des armoires de coupures en ligne ont été mises en place sur les réseaux HTA, ainsi que des interrupteurs télécommandés.

La distribution du neutre HTA

Le régime de protection des réseaux HTA est celui de la mise à la terre du neutre (indispensable pour fermer un circuit). Le neutre HTA n’est pas distribué en ligne , mais mis à la terre en un seul point, au transformateur du poste-source. En effet, c’est par l’intermédiaire d’une résistance ou d’une impédance variable en fonction des caractéristiques du réseau (dans ce cas, on parle de neutre compensé) que l’on distribue le neutre HTA. 

Pourquoi utilise-t-on le neutre ?

Le régime du neutre compensé vise à limiter la valeur du courant de défaut homopolaire à 40 A, les valeurs des prises de terre étant conservées sur les réseaux. Les protections des clients HTA et celles des installations de production indépendante doivent être adaptées à ce régime Le réseau HTA aériens comporte des automatismes de remise sous tension après détection d’une défaillance temporaire. Ces défauts sont monophasés (un conducteur en contact avec la terre) ou polyphasés (2 ou 3 conducteurs en contact). 

La construction/matériaux des réseaux de distribution de HTA

Sur l’ensemble du territoire , la tension nominale de distribution HTA est fixée à 15,3 kV. Les réseaux neufs sont exclusivement réalisés en souterrain. Deux sections sont retenues : 95 mm² Aluminium, 240 mm² Aluminium ou Cuivre. Les autres sections disponibles sur le marché ne sont pas utilisées afin de respecter la standardisation des matériels utilisés. Les câbles 240 mm² en Alu ou en cuivre sont utilisés sur l’ossature des départs HTA et le câble 95 mm² Alu sur des antennes qui ne sont pas appelées à être bouclées.

La protection des réseaux aériens HTA

 Tous les réseaux aériens HTA sont protégés par des disjoncteurs associés à des automatismes. Ces disjoncteurs sont situés soit dans les postes sources, soit dans des postes cabines en aval des réseaux souterrains. Ainsi, un défaut sur une ligne aérienne HTA n’affecte pas les postes raccordés sur les câbles souterrains HTA. En cas de défaut interne d’un transformateur,  la dispersion d’huile est fréquente. C’est pourquoi, s’il se trouve à proximité immédiate de zone très peuplée (école par exemple) les transformateurs sur poteau sont protégés au moyen de fusibles HTA en ligne. Ceux-ci étant mis en place au fur et à mesure des diverses interventions de maintenance.

Quels sont les problèmes qui peuvent être rencontrés ?

  • Géoréférencer (appliquer à une entité cartographique un emplacement spatial) les réseaux, après les avoir retrouvés ;
  • Modéliser les réseaux sur un plan ;
  • Récoler en tranchée ouverte ;
  • Sécuriser un chantier.

Quelles sont les solutions proposées par ERP-SERVICES ?

ERP-SERVICES propose son savoir-faire pour réaliser une étude des réseaux électriques. Cette étude apporte un accès complet aux informations relatives au réseau électrique. Elle permet un relevé de l’existant que ce soit après les travaux ou bien dans le cadre d’une étude de pose. Elle permet ainsi de récolter des informations concrètes, constatées et de construire des projets sur des bases solides. 

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>